Le monde merveilleux des cartes mémoire

22/02/2019

 

 

Lorsque vous magasinez votre ensemble photo, vous choisissez d’abord votre boitier, quelques objectifs hautes performances, un beau sac pour transporter votre précieux équipement et la carte mémoire. Un petit morceau de plastique si anodin, mais si essentiel. Pas de carte, pas d’image. Pas de carte pas de vidéo. Les performances et la robustesse d’une carte mémoire sont directement responsables de l’efficacité de votre flux de production.

 

L’évolution des caméras demande une adaptation constante des périphériques de support. Vous pouvez capter jusqu’à 200 images en NEF Lossless compressé 14bit sur la Nikon D5, et ce en une seule rafale, votre carte doit être capable d’ingérer ce nombre massif d’images. Si vous êtes l’heureux propriétaire d’une GH5 de Panasonic, votre carte doit avoir les reins solides pour gérer la vidéo 4k, 30fps, 10-bit 4:2:2.

 

Voici un petit guide des cartes les plus répandues :

 

Carte compacte Flash

Longtemps, la carte de référence pour les appareils photo professionnels était la carte CF. Le format de carte le plus fiable, la plus robuste et la plus rapide. Perçue comme un standard de fiabilité, elle est encore utilisée sur les boitiers phares de Nikon et Canon. La carte CF est probablement destinée à disparaitre d’ici quelques années car les cartes SD et XQD ont maintenant surpassées ses performances.

 

Carte SD

Ce format était réservé aux boitiers compacts et supportait seulement entre 128MB et 2GB. Elles ont ensuite évolué vers le format SDHC et le format SDXC. Même format de carte avec un système de gestion de fichier capable de stocker beaucoup plus d’informations. Ultra compacte, cette carte se retrouve maintenant dans presque tous les boitiers du compact jusqu’au professionnel. Elles peuvent enregistrer un haut débit d’information, très utile pour la vidéo 4k et la photographie en rafale. Elles atteignent même une capacité de stockage jusqu’à 1T.

 

Carte micro SD

Version miniature de la carte SD standard, sa spécification ressemble énormément à celle-ci. Due à sa petite taille, ses capacités de stockage sont légèrement inférieures. Elles sont utilisées dans les caméras d’action et dans les caméras vidéo compactes.

 

Carte XQD et CFAST

Ces deux formats sont présentement en compétition pour être LE format dominant. Ces cartes sont destinées au boitier photo et vidéo haute performance. Canon et Blackmagic utilise les cartes CFAST tandis que Nikon et Sony optent pour XQD. Comme les fichiers ne cesseront jamais d’augmenter en taille et en débit, le format le plus « adaptable » remportera probablement la course. En théorie, CFAST peut atteindre une vitesse d’écriture maximum de 600MB/s et XQD 1000 MB/s. La vidéo 8k étant à nos portes, il ne serait pas impossible de voir un nouveau format de carte se joindre à la course.

 

 

La nomenclature des emballages de cartes mémoire n’est pas simple à comprendre, voici quelques définitions :

 

Capacité de stockage

Habituellement le plus gros chiffre sur la carte suivi de GB pour Gigabyte

 

Classe de vitesse

Sans donner une vitesse exacte, ces chiffres nous indiquent la vitesse d’écriture minimale constante de la carte. Il est important de noter que les standards, régis par la SD Association, ont changé 3 fois et parfois les 3 types de classification figurent sur la carte. Les classes sont les suivantes :

 

  •  “Speed Class”: C2 - 2MB/s, C4 - 4MB/s, C6 – 6MB/s, C10 – 10MB/s

 

  • “USH Speed Class”: U1 – 10MB/s, U3 – 30MB/s

 

  • “Video Speed Class”: V6 – 6MB/s, V10 - 10 MB/s, V30 - 30 MB/s, V60 - 60 MB/s, V90 - 90 MB/s

 

Donc C10, U1 et V10 veulent dire exactement la même chose, 10MB/s.

 

 

Vitesse écriture/lecture

Ce point est peut-être le plus déroutant pour les consommateurs, et avec raison. Cette information est présentée de différentes façons selon les fabricants. Voici les différentes versions que vous pouvez retrouver sur les emballages :

 

  • Vitesse en chiffre suivie d’un x, exemple 1000x. Cette façon de décrire la vitesse est la plus farfelue car elle est basée sur la vitesse de lecture des cd-rom, maintenant quasiment obsolète. 1x équivaut à 150KB/s.

 

  • La vitesse est divisée en deux catégories bien distinctes : la vitesse de lecture et la vitesse d’écriture. Malheureusement, souvent, une seule vitesse, en MB/s, est visible sur l’emballage, sans précision sur la catégorie qu’elle définit. Cette vitesse est celle de lecture, celle à laquelle l’information sera copiée de la carte vers votre ordinateur. Généralement, la vitesse d’écriture est celle qui nous intéresse le plus car c’est elle qui doit être compatible avec notre appareil pour obtenir les meilleurs résultats. La vitesse d’écriture est souvent spécifiée à l’arrière de l’emballage.

 

  • La vitesse est calculée en mégabytes par seconde avec l’abréviation MB/s. Cependant, en vidéo, le débit est calculé en mégabit par seconde, avec l’abréviation Mb/s. 1 Byte est constitué de 8 bits. Très facile de se tromper lorsque la seule différence visuelle est un B majuscule et un b minuscule.

 

En espérant que ce petit guide vous aidera à bien choisir vos prochaines cartes!

 

Si cet article vous a rappelé que justement, vous avez besoin de nouvelles cartes, nous avons une superbe promotion 50% de rabais  sur l'ensemble de 2 cartes 128GB Kingston, magasinez ici

 

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook
Please reload

Articles à l'affiche

La Photographie Computationnelle

06/11/2019

Le son, souvent le grand oublié !

28/10/2019

Comment choisir son objectif en 3 étapes

24/10/2019

Les filtres pour l'automne

15/10/2019

1/8
Please reload

RENCONTREZ NOS SPÉCIALISTES
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon
  • White LinkedIn Icon
6229, rue St-Hubert Montréal  (QC)
LOCATION ET LOZEAU PRO
6235, rue St-Hubert Montréal  (QC)
Téléphone : (514) 274-6577 | Sans Frais : 1 (800) 363-3535

© L. L. Lozeau 2019